11 mai 2020

Déconfinement : l’immobilier, la valeur refuge ?

Après deux mois de confinement, les Français retrouvent une relative liberté de mouvements. Cet enfermement contraint, parfois dans de petits appartements urbains, va-t-il jouer sur le marché de l’immobilier ? Quelles seront les conséquences de la crise sanitaire sur les achats et les ventes de bien ? L’immobilier peut-il encore être considéré comme une valeur refuge ?

Pourquoi l’immobilier est-il considéré comme une valeur refuge ?

Plusieurs raisons à cela : d’une part l’immobilier est considéré comme un formidable levier d’optimisation financière. Les lois Pinel ou Denormandie en sont de bons exemples. Le législateur incite à l’achat de biens immobiliers en contrepartie de réductions fiscales. D’autre part, la volonté de transmission d’un patrimoine tangible reste très ancrée chez les Français. Nombre d’entre nous souhaitons léguer un bien immobilier à nos enfants. En effet, selon une étude Opinion Way, 92% des jeunes Français considèrent comme important voir essentiel de devenir propriétaire.  

Quelles que soient les crises financières, celle de 2000-2001 ou encore de 2008-2009, cette perception d’immobilier comme valeur refuge a persisté. 84% des Français voient la propriété comme une garantie en cas de problème. 

La crise sanitaire ne modifie pas ce sentiment. 80% des personnes qui avaient un projet d’achat avant le confinement ont toujours cette intention. Même si les Français se déclarent plus vigilants sur les prix, l’immobilier rassure toujours.

Coronavirus et immobilier : des scénarios optimistes 

Bien que les potentiels acquéreurs n’aient pas pu se rendre sur place durant le confinement, ils sont 80% à être restés actifs dans leurs recherches, en consultant les annonces sur internet, en contactant les agents immobiliers et en effectuant des visites virtuelles

Côté prêts immobiliers, même si une petite remontée des taux est à prévoir, la situation ne semble pas préoccupante puisqu’ils ne devraient pas dépasser 2% d’ici la fin de l’année. D’après les chiffres de l’observatoire Crédit Logement CSA, les taux immobiliers moyens étant passés de 1,14% en mars à 1,16% en avril, soit une faible hausse. 

Si vous avez un projet d’achat, il pourrait être judicieux de ne pas attendre. Il est à envisager que les maisons avec jardins en périphérie de zones urbaines deviennent attractives post-confinement, notamment pour les acheteurs de biens familiaux et d’exception. 

De plus, certains détenteurs de petits logements loués en Airbnb pourraient devoir les vendre pour acquérir des liquidités, ce qui serait en faveur des primo-accédants.  

Ne misez pas sur l’attentisme concernant votre projet immobilier. Contactez-nous pour être accompagnés de bout en bout dans la recherche du bien de vos rêves.  

Source statistiques

Partager l'article sur les réseaux sociaux

MonsieurMadame / Mademoiselle

Sélectionner l'agence la plus proche de chez vous *

Les champs marqués d'un * sont obligatoiresVos informations seront conservées sur le site afin d'être traitées par un commercial de notre société uniquement. En aucun cas nous ne réutilisons, ni nous ne revendons vos informations à des tiers ou en dehors de toute autre démarche que celle proposées par nos services. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit par simple demande, depuis votre compte ou par courrier.

Connexion

Connectez-vous à votre compte pour gérer vos favoris, enregistrer vos recherches et bien plus encore...